Ceci est un composant Flash, il vous faut le plugin Adobe pour le visualiser.

VISITER LE DONZEIL EN CREUSE



croix à l'entrée du Donzeil

Le Donzeil n'est qu'à quelques kilomètres de Montgermain . Mon frère ainé fréquenta l'école lorsque celle de Durazat ferma en 1960.

Je suis allé au "cathé"et me suis mariée en l'église du Donzeil .

Cependant, c'est avec grand plaisir que cet été je participais à une promenade nocturne du village organisé par l'office du tourisme d'Ahun riche d'enseignement sur l'histoire de mon pays creusois.

Saint-Sulpice-le-Donzeil découle de Donzel signifiant Damoiseau ( jeune homme non chevalier) . Après avoir été brièvement débaptisé en Le-Donzeil-les-Bois durant la révolution, en 1912 il fut définitivement amputé de son Saint pour éviter la confusion avec Saint-Sulpice-les-Champs.

l'école

l'école fut construite en 1865 . Dans la cour , on peut admirer un vestige Gallo Romain détourné de son utilisation antique.

Cette borne Laguerre , érigée en bordure d’une importante voie Gallo Romaine, indiquait la direction entre Acitodunum (Ahun) et Limoges et mentionnait la distance: 31 lieues. Une deuxième borne Laguerre est érigée au lieu dit La Pierre du Martea, située à quelques km de là, en direction d'Ahun.


pierre du marteau

Cette pierre classée monument historique appartient à l'exploitation agricole du Lieu dit dont le nom dérive de cette pierre.

Au grand Dam des monuments historique, les habitants mutilèrent ce vestige sur l'autel Républicain..

En effet, en 1889, la Mairie lança une souscription auprès des habitants pour financer le buste de Mariane qui trône au sommet de la colonne taillée par François Michaud, le célèbre tailleur de pierre de Masgot.3 DATES

Le Donzeil est une des rares communes à avoir célébré le centenaire puis le bicentenaire de la révolution française, jusqu'à graver dans la pierre cet élan républicain , effacant du même coup, les inscriptions antiques .


MARIANEPourtant en 1789, la population du Donzeil acculée à la famine, luttait surtout pour sa survie. Elle fut pratiquement exclue du processus révolutionnaire.

Le plus gros changement visible fut la transformation de la paroisse en commune, sachant que l'organisation des modalités de vote donnait le pouvoir aux notables . Un des premiers mandat de maire revint à ler seigneur de la paroisse (André Midre en 1789) suivi du notaire(Jean-Baptiste Guillot en 1807) .

CROIX EGLISE

L'émigration saisonnière des maçons a toujours été trés forte dans la commune . Elle aboutit à la montée de lanticléricalisme et à la propagation des idées socialistes.

Ce virage fut renforcé en 1871 par la répression de la Commune qui toucha 1300 Creusois. En 1876, cinq députés creusois sont républicains.

La démographie de Saint-Sulpice-le-Donzeil est à son point culminant en 1856 où elle compte presque 1000 habitants. Elle tombe à 600 dans les années 20 et 200 dans les années 1990. 

EGLISE

L'église fut longtemps désertée . En 1949, Madame Mazet , chatelaine et bienfaitrice du village, achète à la municipalité le presbytère, dépourvu de curé.

Depuis 1909,il menace ruine. Elle en fit don à l'évèché : à cette époque, seulement 0,5% de la population venait à l'église. Ce don permit l'implantation, un peu plus tard des prêtres ouvriers au Donzeil. C'est en 1953 que le père Alfred Bourdier, dit Frédo , vient "entre Hache et Missel " ( titre d'une de ses ouvrage)porter l'évangile et défricher simultanément les bois et les âmes de notre campagne ceusoise déchristianisée. Indissociablement prêtre et bucheron, il a tout partagé avec la population , jusqu'à son décés survenu en juin 2004;" il fut le meilleur soutien de l'amicale laïque" témoigne une habitante du Donzeil. Toutes les portes lui étaient ouvertes.

SARCOPHAGE EGLISE

Un sarcophage du XIIème siècle est adossé à l'église. On peut le dater précisément grace à sa réserve céphalique très arrondie.

Les riches Creusois entre VIème et XIIème siècle, étaient inhumés dans ce "mobilier" qui servait succéssivement à plusieurs membres de la famille.

Le sarcophage fut utilisé jusqu'à la Révolution.


CROIX DES MEAUMES

Nous marchons jusqu'au petit hameau des Meaumes . A l'entrée on peut voir l'une des 3 Croix du Donzeil . Ces croix témoignent de la présence chrétienne et sont généralement érrigées sur le chemin des églises . D'autres, comme celles des Meaumes, placées sur le chemin du cimetière, sur un large socle de granit servaient également de reposoir aux porteurs de cercueil .



Jadis les habitants des Meaumes étaient majoritairement composés des métayers du Chateau et l'on raconte que le chatelain, inspectait régulièrement tous les chemins de sa propriété en voiture attelée et il venait aux Meaumes distribuer les consignes à ses paysans , pour relever les murs de pierre écroulés.

Nous nous attardons auprès la demeure bourgeoise au centre du village , organisée autour de la double fonction du maître des lieux à la fois notaire et paysan . Nous apprenons que si l'on peut voir de la brique au pays de la pierre , dans les murs du Chateau bordant la route, c'est qu'il existait des fabriques à St Georges-la-Pouge (4 km) et Lavaveix-les-Mines, au 18ème et au19ème. Nous avons parcouru le village,découvert la Joubarde, plante grasse trés répendue prés des fermes , car mises au sommet des toits de chaume, elles empéchaient l'eau de rentrer . Elle constituait aussi un remède de bonne femme pour la cicatrisation.

Cette belle soirée au clair de lune fut à la fois conviviale et instructive elle permis aussi de partager un moment fort d'échanges de coutumes entre touristes provenant de différentes régions et de nombreux habitants venus à leur rencontre .



le 3août 2006

/