Ceci est un composant Flash, il vous faut le plugin Adobe pour le visualiser.


Voir Montgermain et mourrir...

arrivée depuis Durazat

Arrivée par le haut du village

La première partie du toponyme "Mont" constitue un calque du latin "Mons"colline. Mons/montis signifie montagne. Mais dans les pays de plaine, il peut s'appliquer à des simples éminences , à des collines. Montgermain culmine à 58O mètres d'altitude.




descente vers Durazat

Descendre vers Durazat


montée des Essarts

Montée vers les Essarts


montée du Bragot

Côte du Bragau


descendre vers la route verte

Magot par les bois


D'où que vous arriviez, depuis les Essarts via Ahun ou Aubusson, depuis Durazat via Bourganeuf- Pontarion ou depuis Masgot par les bois , vous trouverez une côte , ce qui confirme l'origine du nom de notre village ( Mont) .

Notre colline devait être occupée par mes lointains ancêtres, les Germains, qualifiant du même coup le village.

Mon propre patronyme est d'origine Germanique
(Ghérart).


la maison de Victor

La maison de Victor

chezvictor côté route

Chez victor côté route

chezvictor côté jardin

Chez Victor côté jardin



vue depuis ma chambre

Le pré face à notre maison

La maison de Victor , en bordure route, regarde vers le pré . Juste derrière , se trouvait la petite maison de " La Phonsine", une mémé dont le prénom d'état civil était Alphonsine . A son décés, dans les années 1950, mes parents agriculteurs, rachetèrent sa maisonette séparée de la leur par une petite ruelle. Le bâtiment a longtemps servi d'annexe à l'activité agricole . Mon père Victor, proche de la retraite, avait entrepris la rénovation du gros oeuvre début 1980 aidé par son plus jeune fils , mon frère Alain . Le décés prématuré de Victor, laissa les travaux en plan pendant presque 20 ans., jusqu'à ce que je reprenne le flambeau .Mon retour au pays favorise l'aménagement d'une chambre d'hôtes à la place de l'ancienne fenière .


les vaches nous regardent

Autres regards

Montgermain est un hameau au coeur de la campagne creusois Victor , dernier Paysan survivant à la modernité, a cessé d'exploiter en 1980 . Des agriculteurs pratiquant l'élevage et résidant dans les communes voisines, cultivent les près alentours . Nous avons ainsi gardé le bonheur d'avoir des vaches au village.

le coeur du village

Chemin de chez Peyrot

coeur du village

Chemin de chez Peyrot

lilas

La "route"

se promener tranquillement au coeur du village , parcourir les ruelles,un périple en voiture, offre une agréable détente.

chez Conchonet

Chemin chez Conchonet

muret fleuri

Décort naturel

lavoir aux clochettes

Vue sur la pêcherie



C'est l'occasion aussi de découvrir nos maisons anciennes, nos murets en pierre , typiques, naturelement fleuris par la nature.

le porche de Stephane

Chez la grand mère

Tout en haut du village , se trouve la maison de mes arrière grand-parents Stéphane et Adèle . Stéphane est décédé en 1929, etAdèle un quart de siècle plus tard, j'avais 3 ans. Je ne me souviens pas d'elle mais j'en ai tellement entendu parler , et marché sur ses traces que c'est un personnage à la fois mythique et bien en chair qui a habité toute mon enfance .

Mon arrière grand-père était une "Hirondelle Blanche " ( mais non, il n'était pas Sioux, mais maçon ; voir le texte surles maçons de la Creuse ) . Du chemin , vous pouvez admirer la belle arche en pierres de taille composant le porche d'entrée qui ouvre sur un magnifique corps de ferme .


Stephane côté cour

Derrière le porche

Le porche estintégré dans le corps de batiment et servait de remise à matériel au rez-de-chaussé et de fenière sur le plancher au dessus. Sur la droite on trouvait l'écurie à cochon . Du même côté un puit et un abreuvoir complétait l'instaLlation . Sur la gauche l'étable des vaches , et celle des chèvres précédaient la maison d'habitation . Le troisième côté était affecté au poulailler et au four à pain . Le jardin potager était face à la maison derrière la grande cour où s'étalait un gigantesque maronnier . Ce maronnier fait corps avec la maison . Il fut le théatre de bien des exploits que nous racontaient mes grands oncles Félicien et Raoul , fils d'Adèle et Stéphane , qui y poursuivaient les écureuils au grand Dam de leur mère Adèle .

Les étables ont longtemp étés utilisées par mon père qui y logeait une paire de boeufs de trait et plus tard des génisses . Il abritait ses voitures à foin et plus tard son petit tracteur sous le porche . Deux porcs s'engrassaient tous les ans dans l'écurie . Un élevage de faisans élevés, avec entre autres des oeufs de fourmis occupait le poulailler . C'était une annexe aux batiments agricoles de mon père qui possédait juste une grange et deux petites étables .

Il y a quarante ans, nous n'avions pas conscience de la beauté du site , du caractère exceptionnel de son corps de ferme témoin d'une organisation paysanne bien pensée . Nous dénommions cet endroit "Chez la grand-mère" et nos voisins "Chez Adèle" qui était une maîtresse femme. Enfant , j'ai beaucoup "rodé" dans la maison encore "respitante" de ses défunts habitants.

Le buffet était encore plein de vaisselle , de cuillères et fourchettes en fer blanc. De pauvres vêtements donnaint corps aux absents. Un grand escalier de pierre , montait dans le noir, aux minuscules chambrettes où les lits garnis gardaient l'emppreinte du corps des occupants . Des comprimés demeuraient posés sur une table de nuit . Un grincement de volet, un battement de porte en bas, et je m'attendais presque à voir la sillouette imposante d'Adèles'encadrer dans l'embrasure de la porte .

La maison de la grand-mère appartient maintenant à Marie-Christine, arrière petite fille elle aussi de Stéphane et Adèle , par sa mère Bernadette fille de Félicien . Les aménagements intérieurs n'ont pas éffacé l'empreinte de nos ancêtres . La grande cheminée est en l'état , on pourrait encore y suspendre la marmitte à la crémaillère . Adèle et Stéphane peuvent entendre aux vacances , résonner les cris et les rires d'une nouvelle génération , celle de Chloé, Marion et Maxime.


arrivée aux fuseaux



"La maison de la grand-mère " est l'avant dernière du village. La dernière maison appartenait à une famille d'agriculteurs contraints de partir. La maison d'habitation vendue t achetée plusieurs fois a perdu son corps de ferme. Elle est trés bien restaurée .








/