Ceci est un composant Flash, il vous faut le plugin Adobe pour le visualiser.

Sur le balcon de Georges Sand, au château de Boussac


maison tourelle

Attirées par l'exposition estivale consacrée en partie à DomRobert, nous arrivons à Boussac par Toulx Ste Croix ( lire par ailleurs) sans apercevoir le célèbre château Fort sur son éperon. Nous ne trouvons pas d'indications au centre ville en travaux. Nos pas nous guident vers une maison à tourelle riante, aux fenêtres fardées de géraniums roses.


   Plus loin ucoté jardinne modeste grille , fermée, nous invite par un pannonceau, à sonner et à entrer. Au bout d'une sombre petite allée, comme on pourrait en trouver dans le parc d'une maison de campagne, un large espace s'ouvre soudain sur une imposante forteresse.

Nous remarquons l'antique et majestueux escalier , abandonné aux herbes folles . L'accueil des visiteurs ne s'est pas toujours effectué «en douce», par une entrée escalierlatérale frustrante d'une perspective architechturale royale...

Encore estomaquées , nous nous présentons à l'accueil , sous l'emprise de cette apparition à la fois magique et austère.


campagne enchantee    La campagne enchantée de Dom Robert s'expose sur les murs de granite, réchauffe et sublime la beauté des pierres nues qui jubillent. L'ensemble des autres tapisseries exhallent une gamme d'émotions qui se croisent, se mêlent et se répondent, jusqu'à nous jouer une symphonie intime incommunicable et bouleversante.

Puis le «manège visite guidée», en phase de décolage ,nous happe au passage , déjà saoulées de tant d'heureuses surprises.

Nous sommes projettées à l'époque romaine .La ville était entourée de murailles et dominée par un château construit au Xème siècle constituant une importante place forte du Moyen Age.


chateau fort     Le château de Boussac actuel, fut construit par Jean de Brosse (1375-1433) après la guerre de Cent ans , dans les années 1420-1430, sur les ruines de la forteresse détruite par les anglais. Ce glorieux compagnon d'armes de Jeanne d'Arc , est porteur de l'huile sainte lors du sacre de Charles VII à Reims . En 1426, le Roi lui descerne le titre de Maréchal de Boussac.

armoiries    En 1430, il est nommé Lieutenant Général du Roi pour le nord de la Seine. Il meurt ruiné et criblé de dettes en 1433, après avoir affranchi ses serfs et la ville de Boussac.

Sur la porte d'entrée on peut encore voir les armoiries des De Brosses, qui représentent tout simplement ... des brosses!!

Le château changera de propiétaires au fil des siècles . Remanié jusqu'à la fin du XIIIème siècle , échappé de peu à une complère destruction à la Révolution, il est racheté par la ville en 1837.

D'abord entrepôt, il devient siège de la sous-préfecture supprimée en 1926: la gendarmerie s'y installe et quitte les lieux en 1940, laissant le château ouvert à tout vent.

En 1965, Bernadette et Lucien Blondeau acquièrent un château vide et délabré. Ils le restaurent, le meublent, le dotent de collections d'envergure nationale, et l'ouvrent au public.

VUE EN BAS     Le château est classé monument historique , son site surplombant le confluent de la vallée de la petite Creuse et du Béroux est protégé depuis novembre 1938. Le périmètre de protection est étendu en octobre 1975 pour sauvegarder la vue depuis les fenêtres du château , de la petite Creuse et de ses environs dépeins par G.Sand ainsi que la perspective offerte au visiteur depuis le CD 11: «ce château est moitié à la ville, moitié à la campagne, la cour et la façade armoriée regarde nt la ville; mais l'autre face, plonge avec le roc perpendiculaire, qui le porte jusqu'au lit de la petite Creuse , et domine un site admirable , le cour sinueux du torrent encaissé , les rochers, d'immenses prairies semées de chataîgniers, un vaste horizon, une profondeur à donner le vertige».


cuisine    Pour savourer la visite de la cuisine , il faut immaginer que ce lieu servait de garage à M. le Sous Préfet...


moulinCette pièce recèle maintenant une belle collection d'ancêtres ustensiles ménagers comme cette gigantesque serringue presse-purée , un beau moulin à farine pour des cuisinières aux petits bras musclés....

bouquet de légumesLes amateurs de tapisserie ne doivent pas rater ce chateau, bien placé sur la route de la tapisserie. Il constitue l'écrin naturel d'une collection de tapisseries d'Aubusson du 16ème et 17ème siècles.

dame licorne 

Dans l'une des belles cheminée , dans la salle des gardes une reproduction de la fameuse séries des 6 tapisseries de la Dame à la Licorne flamboie dans l'âtre et nous invite à aller voir les pièces originales exposées au musée de Cluny .

Repérées dans le salon vert en 1841 par Prosper Mérimée, alors inspecteur des Monuments historiques ces Chefs d'oeuvres n'ont été tissés ni à Aubusson, ni en Orient comme on l'a longtemps cru mais dans les Flandres entre 1484 et 1500.

Comme chaque été, le château de Boussac présente une exposition temporaire de tapisseries. Cette année 2006, l'exposition rend hommage au Moine Dom Robert ( lire dans émotions artistiques) Cartonnier Contemporain (1907-1997) . Des oeuvres d'autres artistes tels Jean Lurçat, ou Picart le Doux sont également exposées.

tapisseriejean picart le doux

lurçat







chambre GS    Entrées dans la chambre de Georges Sand par une porte étroite comme une meutrière, nous nous demandons comment la plantureuse Bonne Dame de Nohant et ses jupons parvenaient à franchir le seuil de cette bonbonnière rose.


baignoire        La baignoire d'époque ne nous laisse pas de marbre: elle est en bois, et son intérieur cuivré nous fait froid dans le dos.

      Nous nous presson à tour de rôle sur son balcon , pour découvrir le fameux panorama et les vastes horizons protégés. Et ça «plane pour nous»! Georges Sand séjourna au château à plusieurs reprises, en 1841 et pendant la guerre de 1870. En 1844, le cadre de son premier roman (Jeanne) se situe à Boussac. Elle y dépeint le château et la campagne environnante . Sa plume s'envole dans le journal d'un voyageur pendant la guerre (1872): «on dirait qu'une main d'artiste a composé à loisir ,avec ces matériaux cruels, un décor de scène champêtre . La lyre céleste qui a fait onduler ici l'écorce terrestre , a passé du majeur au mineur, avec une science infinie».

arbre à oiseauxNous quittons ce haut lieu, petit nid inspirant et respirant, comme envoûtées par cette fameuse lyre céleste . Le soufle court , nous nous jettons dans les antiques ascensseurs de pierres où nous tourniquons d'un pas alerte , certaines d'aller vers d'autres merveilleuses découvertes .

Des vases de fleurs fraîches s'égayent au fil des salles où l'on admire aussi d'autres bouquets plus inattendus comme celui des tirelires-fruits, des choux-céramiques, des nids .

porcelainesD'autres collections se succèdent dans les salles :des bénitiers de Nevers, des pots à lait Persans, des étuis de voyages anciens ...


Parmis elles,figure en bonne place une petite collection d'épis de faîtage, témoins du savoir faire des potiers du Nord de la Creuse .Ouvrages utilitaires destinés à rendre les toitures étanches à l'eau. Ils sont sobres ou très somptueux en fonction du statut du proprétaire de la maison..

EPIS DE FAITAGE

Dans une vaste salle à manger le couvert est dréssé, la cheminée garnie. Une collection d'assiettes en faîence du VIIIème siècle, guettent l'arrivée de Georges Sand , peut-être accompagnée du philosphe Pierre Leroux ( 1797-1871). Théoricien socialiste, historien-éditeur. salla à mangerEn 1841, il avait fondé avec Georges Sand, la Revue Indépendante. Sand financera aussi ,en 1846, son imprimerie phalanstère . pierre le roux

Ouverte à Boussac, elle ne survivra pas à la Révolution de 1848.Sa statue est érrigée dans le square de la ville dont il fut Maire. Il y médite, assis sur une pile de livres , visiblement agacé par son voisin le Coq, qui l'empêche de se concentrer depuis plus d'un siècle .

tableau cannes

Le manège à visite du château ralentit sa course et pour finir la visite il nous dépose sur le seuil d'une salle dédiée aux cannes. Nous pouvons y rester «le temps que nous voulons».

La canne représente pour moi l'attribut du Dandy et donc dénuée d'intérrêt.

Et contre toute attente, ces bouquets de cannes par dizaines ( 350 pièces en tout je crois) , nous captivent. Nous repartons , mais cette fois sans cocher, vers un autre voyage....intérieur.

petite tababtierecanne aiglecanne nezpoulemaréchaltete de chiencanne bustecanne parapluietete de chien

et si comme nous vous avez le bonheur de passer vers Boussac, 

«chabatz d'entrar» au Chateau... salle à manger

vous y trouverez peut-être aussi une canne-à-rève....jean picart le doux



lit baldaquinbouquetsalon

Boussac le 28 août 2006







/